• Parker93+
Château Pavillon Rouge 2016
search
  • Château Pavillon Rouge 2016

Pavillon Rouge 2016

Bordeaux -

Margaux -

Rouge

Prix : 209,40 €

TTC

6 bouteilles en stock.

Millésime : 2016
Contenance : 75
Quantité
Produit en stock

Vous aimerez aussi

Autres millésimes disponibles :

Tous les produits : Château Margaux

Les notes des dégustateurs

logo-robert-parker

Robert Parker

93+/100

Les infos sur le vin

logo-pays-vin

Pays : France

logo-region-vin

Région : Bordeaux

logo-appellation-vin

Appellation : Margaux

logo-chateau-vin

Château : Margaux

logo-culture-vin

Type de culture : Raisonnée

logo-apogee-vin

Apogée : 2024 à 2036

Composition du vin

Assemblage

Château Pavillon Rouge 2016

L'histoire

Au XIIème siècle, Château Margaux s’appelle « La Mothe de Margaux » mais ne possède pas encore de vigne.

Le château Margaux se vend successivement à plusieurs seigneurs d’importance. De 1152 à 1453, l’Aquitaine est régie par l’Angleterre et Richard Cœur de Lion, Roi d’Angleterre, adopte les vins de Bordeaux comme vin de table, permettant aux vins bordelais de s’établir une certaine notoriété.

Au fil des années et des successeurs, les innovations et la passion font au fur et à mesure du château Margaux un vin d’excellence. Des modernisations dans le travail des vignes se développent, la vinification des raisins rouges et blancs se fait séparément, les raisins ne sont pas récoltés le matin, car la rosée du matin qui se dépose sur les fruits modifie la couleur du vin avec l’excès d’humidité, l’importance des sols est prise en compte…

À la fin du XVIIème siècle, le château occupe 265 hectares dont un tiers est consacré à la vigne, aujourd’hui encore, la répartition est restée telle quelle. En 1705, la première enchère des grands crus de Bordeaux est organisée. Les ventes franchissent les frontières pour aller jusqu’en Angleterre et Etats Unis.

Thomas Jefferson, ambassadeur des Etats unis en France, passe une commande de Margaux 1784 qu’il décrit comme « il ne peut y avoir meilleure bouteille de Bordeaux ».

Le début du 18ème, marque l’essor des grands vins de bordeaux qui se voit ensuite stoppé par la révolution française.

En 1801, Bertrand Douat, acquiert le domaine, et considère la demeure existante comme non digne de la renommé de son vignoble. Il en fait donc construire une nouvelle, celle que l’on connaît aujourd’hui, qui se verra surnommée souvent « Le versailles du médoc » pour son style néopalladien. Une construction majestueuse, à l’image du vin qui y est produit, au bout d’une longue allée bordée de platanes centenaires, qui marque l’entrée du domaine.

En 1855, le classement des grands crus de bordeaux offre à château Margaux une note de 20/20, le seul vin qui obtiendra cette note. Déjà à cette époque, avant ce fameux classement, les prix des vins considérés comme les meilleurs se vendent bien plus chers que leurs concurrents. Après une invasion de champignons dans les vignes dont a atrocement souffert le château, le millésime 1893 s’avère être remarquable. Les fruits sont si abondants que les vendanges sont abandonnées faute de cuve. Les jeunes vignes issues des replantations ne sont cependant pas un niveau de qualité optimal et sont donc vendues comme « second vin », sous le nom de pavillon rouge du Château Margaux.

En 1924, Pierre Moreau, alors propriétaire du château, rend obligatoire « la mise en bouteille au château », pour garantir l’authenticité des vins. La récession des années 1970, poussent la famille Ginestet à vendre le château à André Mentzelopoulos en 1977.

Un grec à la tête du château Margaux, une vente qui intrigue et inquiète dans le médoc. Les colonnes de l’entrée du château lui rappellent son pays natal. Il pari sur l’avenir, investit et organise la reconstruction du patrimoine architectural et viticole dans l’espoir de redonner au château ses lettres de noblesse, à la sortie d’une crise du vignoble bordelais. Il met en place les replantations, planifie la construction du premier grand chai enterré de la région, une prouesse technique. Le château classé, depuis 1946 au monument Historiques de France, est redécoré entièrement. Le millésime 1978 est salué comme exceptionnel, preuve de l’efficacité des investissements d’André Mentzelopoulos.

Cet homme reste l’un des personnages emblématiques dans l’histoire du château. À son décès en 1980, le médoc redoute l’avenir, un paradoxe au vue des réactions à son arrivée à la tête du château. À partir de 1980, sa fille, Corinne, prend la suite, et poursuit le programme des investissements engagés par son père. Elle relève le défi de répondre à la demande d’exportation mondiale de vins de bordeaux. Le succès mondial n’a jamais été tel auparavant.

Depuis 2013, Corinne Mentzelopoulos se démène afin de maintenir le niveau d’excellence du château : création d’un troisième vin, investissement dans la Recherche & le développement sur la vigne et les sols, mise en place d’un système d’authentification des bouteilles…

Le terroir

Le terroir est le patrimoine génétique des grands vins. Sans lui, rien n'est possible, mais le travail de l'homme révèle tous les atouts et qualités de la vigne. Ces méthodes se transmettent depuis des siècles et se modernisent tout en conservant les traditions qui permettent une régularité dans la qualité de chaque millésimes. Près de 30 % de la récolte du château est consacré à la production du Pavillon Rouge.

Le vin

La qualité du Vin Pavillon Rouge est évidemment, chaque année en rapport avec celle du Château Margaux. Bien qu'il possède, lui aussi, un potentiel de vieillissement au delà de 30 ou 40 ans, il peut être bu plus rapidement.

Sa structure plus fine ne requiert pas un élevage prolongé. Les arômes de Pavillon rouge se rapprochent de ceux du Château Margaux du fait que les parcelles qui composent le vin participaient, il y a peu, à l'assemblage de Château Margaux.

Recevez nos offres spéciales